Le lavoir de Récalaine à Montceau

Lavoir de Récalaine

Un lavoir à Montceau ?

Jusqu’à la fin du XIXe siècle, il n’y a pas de lavoir dans le centre-village de Montceau. Les ménagères lavent le linge à la main dans chaque foyer. Pour les ménages du bourg, on tire l’eau nécessaire pour le lavage du linge au puits sur la place du village et les eaux usées sont jetées sur la voie publique.

Pour les fermes des hameaux lointains, Chanas, Saint Pierre, Chatonnay… il y a souvent un bassin qui sert en partie pour l’abreuvage des animaux, en partie au lavage du linge.

Il faut attendre le début du XXe siècle pour que des lavoirs soient mis à disposition des familles de Montceau.

Trois lavoirs et un bassin public !

On construit trois lavoirs entre 1901 et 1910 : le lavoir de Récalaine, celui de Saint-Pierre et celui des Traîneaux.

Un bassin public a également été mis en place au hameau de Chatonnay en 1920.

De plus, le Conseil Municipal évoque un projet de lavoir entre le village et Châtonnay en 1907. L’utilité de ce lavoir était jugé incontestable du fait des difficultés à utiliser le lavoir de Récalaine situé au pied d’une pente raide. Ce lavoir ne fut jamais construit, mais il reste les traces d’une serve qui pourrait être l’emplacement initialement retenu.

Lavoirs - Implantation

Où construire un lavoir ?

Délibération de 1905

Une délibération du 19 novembre 1905 lance le projet de construction d’un lavoir pour le village de Montceau. Une commission composée de 2 membres choisis parmi les conseillers municipaux devra proposer :

    • Le lieu de construction de ce lavoir.
    • La souscription des habitants soit en argent soit en nature.
    • Le coût approximatif de ce lavoir.

Délibérations de 1906

Le conseil municipal en date du 18 février 1906 décide de construire ce lavoir. Voici le résumé de cette délibération :

Considérant que :

    • Le bourg de Montceau est composé de 60 ménages.
    • Les lavées du linge sont faites sur place avec l’eau tirée des puits.
    • Les eaux de lavage sont ensuite jetées sur la voie publique, risquant de s’infiltrer dans les sols très perméables et ainsi de contaminer les eaux des puits.
    • Le lieu de Récalaine pourvue d’une source de fort débit, n’est situé qu’à 350 m du centre du village.

 

Décisions du Conseil Municipal !

Suite des délibérations du 18 février 1906

La Commission décide de construire le lavoir, approuve les plans et le devis qui se monte à 819.55 F. Mais la commune qui est déjà endettée ne pourra financer ce projet qu’à hauteur de 100 F.

Une souscription de 300 F est lancée et le solde de 519.55 F sera demandé à l’administration supérieure toujours si bienveillante…

Le 10 octobre 1906, les services techniques de la préfecture demandent une modification du projet pour ajouter 3 à 4 marches à l’entrée du lavoir et ainsi « permettre aux laveuses de laver le linge, droites, et non à genoux. » En séance du 18 novembre 1906 le Conseil Municipal accepte le devis complémentaire de 30 francs .

Délibération de 1907

Le 17 janvier 1907, Monsieur le maire informe le conseil municipal que la subvention demandée au département a été refusée.  C’est sans doute la couverture du lavoir qui a été dans un premier temps supprimée pour ramener la dépense à 400 francs.

Le 8 décembre 1907 la commission  constate que le montant définitif des travaux s’élève à 585,15 frs.La commune n’ayant pas perçu les aides demandées, décide de transférer des dépenses initialement votées pour l’entretien des chemins pour les affecter au lavoir.

Le lavoir de Récalaine aujourd’hui

On peut supposer que le lavoir a été mis en service au cours de l’année 1908.

Aujourd’hui, les ruines de ce lavoir sont à peine visibles. Plus de 100 ans après sa mise en service, voilà ce qu’il reste du lavoir de Récalaine. La charpente-toiture a complètement disparu. On distingue le bassin et la margelle inclinée destinée au lavage du linge.

Lavoir Récalaine aujourd'hui 2
Lavoir Récalaine aujourd'hui
Dessin du lavoir

Robert G. se souvient

Fidèle membre des Godas, Bénévole toujours disponible, Robert, artisan de métier est aussi bon dessinateur. Il a bien voulu pour les Godas croquer de mémoire le lavoir de Récalaine. Un très grand merci à lui.

Ce lavoir est aujourd’hui bien difficile à localiser. Plus qu’une ruine, il a presque entièrement disparu ! Pourtant nous sommes nombreux à l’avoir connu encore recouvert de sa toiture !

    • L’association Les Godas se propose d’aider à la réhabilitation de ce patrimoine… Qu’en pensez-vous ? Donnez votre avis dans le sondage ci-dessous !

 

Souhaitez-vous que le lavoir de Récalaine soit restauré ?
47 votes

Appel à vos souvenirs – les GODAS ont besoin de vous…

    • Vous avez des photos ?

Nous n’avons pas réussi à retrouver une photo de ce lavoir de Récalaine ! Pourtant il doit bien y avoir quelqu’un qui a photographié le lavoir avant qu’il ne disparaisse. Une photo de paysage où on aperçoit le lavoir ? Une photo d’une personne posant devant le lavoir ?

Il faut chercher ! reprendre toutes nos anciennes photos pour voir si le lavoir ne se cache pas là dans le coin d’une photo !

    • Vous avez des souvenirs ?

Vous vous rappelez du lavoir, racontez-nous comment il était. Vous avez le souvenir des personnes qui y lavaient le linge ? Racontez-nous ! Vous avez entendu des histoires, des légendes, des faits divers à propos du lavoir de Récalaine ? Racontez-nous !

Utilisez le formulaire de contact en bas de page ou rencontrez un membre du bureau pour raconter ce que vous savez ! Merci pour votre aide.